VISITE VIRTUELLE : ATTENTION

Publié par Dominique P., le 9 octobre 2020

La visite virtuelle attention danger

Bonjour les pros de l’immo. Dans notre profession tout va vite, très vite, parfois même trop vite. Alors pris entre notre prospection, les prises de mandats, les mises en ligne, les reporting, les visites, les offres d’achats et bien heureusement les compromis à préparer et les actes authentiques à signer (Vidéo les 12 travaux..) et bien nous sautons sur toutes les nouvelles technologies  qui se présentent, sans véritablement réfléchir aux effets néfastes qu’une mauvaise utilisation de certaines d’entre elles pourrait avoir sur notre business.

Comme dans toute crise,  il y a ceux qui en font les frais et qui paient un lourd tribu,  et ceux qui au contraire,  se retrouvent malgré eux dans une situation favorable, car  généralement le produit ou la situation qu’ils proposaient avant la crise,  apporte une solution ou une alternative aux difficultés créées par elle.   

C’est le cas, dans la crise épidémiologique que nous traversons aujourd’hui pour les distributeurs de visites virtuelles, un outil qui existait bien avant le Covid et qui se retrouve propulsé  au devant de la scène, une embellie que certainement, aucun d’entre eux, n’aurait   pu anticiper. 

Si j’aborde ce sujet maintenant, c’est que je constate que de plus en plus de professionnels s’en remettent à cet outil. Loin de moi l’idée de décrier cette avancée technologique,  qui nous offre à la fois un gain de temps, nous évite certains déplacements, nous évite certaines dépenses, nous permet d’identifier les simples touristes et bien sûr avant tout,  d’éviter ou de limiter la propagation de ce satané virus.

Visite virtuelle

Mais, comme dans toute situation, et pour tout nouvel outil, il y a ceux qui sauront l’adapter véritablement à notre profession pour en faire un outil utile, efficace et rentable et ceux qui n’y verront qu’un moyen de gagner du temps, de leur simplifier la tâche en oubliant ce qui est véritablement important dans notre métier et ce que nos clients attendent réellement de nous.

C’est hélas ce que j’observe assez régulièrement, certains conseillers mettant la visite virtuelle au centre de leur méthode de travail. Les acquéreurs y ont accès depuis l’annonce et naviguent ainsi au milieu d’un bien, pour lequel ils n’ont aucune vision ni idée globale, des vidéos qu’ils interprètent, le plus souvent, trop rapidement.

D’après vous que recherche inconsciemment l’œil de notre acquéreur lorsqu’il consulte, seul, un bien sur une vidéo ? Sur quoi s’arrêtera-t-il ?  Bloquera-t-il ? Se figera-t-il ? Bien entendu sur le petit défaut, sur ce qu’il craint, ce qu’il ne veut pas, ce qui le gène, oubliant par la même tout ce qui aurait pu le décider à acheter.  

Principe de précaution

Nos politiques n’ont rien inventé, nous savons tous, depuis la nuit des temps, nous appliquer à nous-mêmes  le principe de précaution. Notre cerveau reptilien, encore aujourd’hui dominant, sait parfaitement identifier et amplifier les petits détails, pour nous amener à renoncer, parfois contre nos propres intérêts, à telle ou telle prise de décision.  

Alors, oui la visite virtuelle est un excellent outil, et peut servir dans de nombreux cas. Mais laisser un acquéreur piloter seul cet engin peut s’avérer dangereux. Vous devez être présent et le guider afin de commenter cette visite, l’expliquer, la détailler, et surtout pouvoir répondre aux interrogations de votre visiteur.

Laisser systématiquement cet outil dans les mains de vos acquéreurs, c’est pour moi oublier ce qu’est réellement notre métier, ce que nos clients attendent de nous. Être accompagnés, éclairés , rassurés et communiquer avec quelqu’un en qui ils ont confiance. Ce qu’aucun outil ne pourra faire à votre place….

Écrire sur votre annonce que la visite virtuelle est disponible pour ce bien, oui. La mettre à disposition sans autre précaution, NON. Certains de ceux qui s’y sont aventurés,  ont pu constater  une baisse du nombre d’offres d’achat,  directement liée à la baisse du nombre de leurs visites physiques, ce qui pourrait bien au final les amener à une baisse de leur propre savoir faire.

Pour conclure :

A cause de la visite virtuelle, n’oublions pas ce qui fait la beauté de notre métier, la rencontre et l’accompagnement de nos clients vers leur projet, souvent appelé  par eux même « le projet de leur vie ». On se retrouve la semaine prochaine, de manière virtuelle, certes, mais moi sur cette vidéo je n’ai rien à vendre.. A très vite.

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter