Négociateurs avez-vous réellement du temps à perdre ?

Publié par Dominique P., le 19 octobre 2014

Comme je l’ai écrit précédemment dans l’article : négociateurs immobiliers vous n’êtes pas des voleurs entre les prises de mandats, les visites, le suivi vendeurs, le suivi acquéreurs… nos journées sont bien remplies.

Il me semble donc que nous devons éviter toute perte de temps et surtout toute perte d’énergie.

Évident me direz-vous ?

Pas tant que cela. Je vais vous raconter une anecdote vécue cette semaine :

J’ai assisté, comme toujours, à la signature du compromis en compagnie de mes vendeurs et de mes acquéreurs. Bien qu’habitué à signer dans cette grosse étude, il s’agissait pour moi de la première signature avec ce notaire.

Même si le socle reste le même, nous savons que chaque notaire aborde de manière différente la lecture de l’acte avant de le faire signer.

Vient donc le moment de la lecture des diagnostics immobiliers. Je remarque un certain embarras pour ne pas dire un doute profond de la part du notaire.

Ayant pris connaissance du dossier monté par son clerc quelques heures auparavant, il a pu constater que les diagnostics  sont catastrophiques, DPE en E-, électricité non conforme, présence de termites… et pour couronner le tout, absence de raccordement à l’eau de la ville, la villa est alimentée par un forage dont l’eau est déclarée non potable par le diagnostiqueur assainissement (fosse septique située à moins de 35 m du forage).

Je sensdiag le ton du notaire grave, il insiste lourdement sur tous les points négatifs, interpellant du regard les acquéreurs à chaque paragraphe afin de s’assurer qu’ils comprennent bien ce qu’il dit.

Voyant le temps défiler et mon prochain rendez-vous se rapprocher, je décide de venir au secours de cet officier ministériel qui, au fur et à mesure de la lecture du rapport,  finit par se persuader qu’à réception de son recommandé, une rétractation semble inévitable et qu’il est par conséquent en train de perdre son temps.

J’interviens donc et le coupe dans sa lecture :

– « Cher Maître, je précise juste que M. et Mme XXXX  ont pris connaissance dans le détail de l’ensemble des diagnostics et sont au courant des anomalies ».

Avec soulagement, il se fait confirmer cette information par les acquéreurs.

Je rajoute :

– « Pour moi, il est inconcevable de venir en votre étude signer un compromis avec des acquéreurs qui n’auraient pas eu accès à ces documents. Je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps, ni celui de M. et Mme YYYY, vendeurs, pas plus que le mien  en signant un compromis qui aurait de grandes chances d’être dénoncé la semaine suivante…»

La lecture de la fin du rapport fut beaucoup plus fluide et synthétique ce qui permit de gagner du temps et pour moi d’être à l’heure à mon prochain rendez-vous.

Pourquoi cette anecdote me direz-vous ?

Eh bien parce qu’à mon grand étonnement, en nous raccompagnant, le notaire me remercia et me confia qu’il apprécierait que l’ensemble des professionnels fassent lire les diagnostics aux acquéreurs avant de venir s’asseoir dans son bureau ce qui éviterait certainement de nombreuses renonciations.

Conclusion :

Même si nous savons tous que plus nous écourtons le délai entre l’offre d’achat et la signature d’un compromis, plus nous augmentons nos chances de signature…

Même si rares sont les biens où nous possédons l’ensemble des diagnostics le jour où nous recevons une offre…

Fournissez les diagnostics à vos acquéreurs avant la signature du compromis ! Un mauvais rapport pourra être expliqué et défendu par vous-même. Le notaire lui se contentera de le lire et d’informer vos acquéreurs des risques et insistera sur les conséquences liées à toutes les anomalies relevées.

En règle générale, les acquéreurs n’apprécient pas d’être mis devant le fait accompli, ils ont l’impression qu’on leur a caché quelque chose. S’engager pour l’achat d’un bien est un acte important  et ils sont souvent « BORDER LINE » concernant cette décision. Un petit rien peut les faire changer d’avis. Dans le meilleur des cas, ils peuvent vouloir renégocier le prix de vente le jour de la signature mais dans les cas les plus fréquents ils signeront le compromis et  après une ou deux nuits d’insomnies le dénonceront.

Outre une grande déception, vous serez décrédibilisé aux yeux de vos vendeurs. Quant à votre notaire préféré, il deviendra difficile d’obtenir de lui des rendez-vous en urgence…

 

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

9 commentaires

  • Galdeano dit :

    Bonjour à tous et encore merci à Dominique pour ce retour d’expérience toujours très utile.
    Un détail m’interpelle cependant , le fait qu’on évoque la possibilité de recevoir une offre et d’entrer en négociation avant même d’avoir transmis les diagnostics … Aussi , avec votre permission Dominique , j’apporterai un complément à ce conseil judicieux ….car je ne vois pas comment on peut parler de prix sans connaitre exactement ce qu’on achète. Nous savons tous que si un propriétaire refuse de faire réaliser les diagnostics , c’est toujours pour des raisons financières , en clair , il ne veut pas dépenser d’argent avant d’avoir rencontrer un acheteur potentiel . Ok , mais ça c’est notre problème à nous , professionnels ! Nous sommes là pour trouver des solutions ; par exemple le mettre en relation avec des diagnostiqueurs qui accepteront un paiement différé, ou à tempérament …Quoiqu’il en soit , parler de prix avec des acquéreurs sans leur avoir fourni les diagnostics , c’est prendre le risque de recommencer cette négociation , voire même de tout faire capoter … Comme je le dis toujours à nos négociateurs ; INFORMATIONS + CONFIANCE = DÉCISION … A nous donc de fournir toutes ces informations , dès les premières visites. Un acheteur sera encouragé à prendre une décision en toute connaissance de cause et nous ne prendrons pas le risque d’un retour en arrière … Merci de m’avoir lu , bon dimanche Dominique

    • Dominique P. dit :

      Merci Thierry pour ces précisions. Comme vous le faites remarquer les vendeurs rechignent souvent à financer les diagnostics. Tous les diagnostiqueurs n’acceptent pas forcément le règlement par retenue notariale qui peux parfois être long, ni même l’échelonnement. Personnellement si je n’ai pas trop de suspicions sur l’état de la maison (rapide coup d’œil sur le compteur électrique, sur l’âge de la chaudière etc… et si je n’ai pas d’autre choix, j’accepte de travailler avec le seul DPE mais en aucun cas de me rendre à une signature sans que mes acquéreurs aient pu consulter à l’avance la totalité des diagnostics. Pourtant il semble que ce soit encore fréquent de nos jours. Donc première étape : changer les habitudes de certains, et pour un travail parfaitement parfait (dixit une certaine pub) exiger l’ensemble des diagnostics à la prise de mandat. Merci encore pour votre participation à l’animation de ce Blog, bon WE.

  • Au goyard dit :

    Merci de ce témoignage, pour ma part tout est dit lorsque nous arrivons au compromis, les + les -, j’adresse les drags par mails des réception et vu que j’accompagne le diagnostiqueur, je peux expliquer les anomalies, et les notaires avec qui je travaille, le savent, donc en 11annees d’immo, j’ai eu une seule rétractation et trois refus de crédit. (Indépendant de mes compétences), mais je fais beaucoup d’accompagnement et ça marche
    Bon week end !!! Soleil en perspective

    • Dominique P. dit :

      C’est effectivement le bon process… dommage que certains confrères ne l’appliquent toujours pas, si nous voulons changer l’image de notre métier c’est pourtant la seule voie. Merci pour votre commentaire. Bon week end à vous également.

  • RAMI Jocelyne dit :

    Pour ma part je trouverai judicieux de mettre dans l’offre d’achat une clause stipulant que les acquéreurs ont pris connaissance des diagnostics réactualisés et les acceptent comme de même la taxe foncière.
    J’ai eu un non remboursement de taxe foncière au vendeur cette année car il y’avait une différence de 100 euros par rapport au montant de la taxe foncière initiale

    • Dominique P. dit :

      Bonjour Jocelyne, l’offre d’achat est un document qui à ses limites juridiques (la preuve elle n’est pas annexée au compromis même si le notaire s’en sert pour la rédaction). Pour le reste nous ne pouvons, ni ne devons nous substituer aux notaires dont c’est le job mais surtout la responsabilité…. Bonne journée et encore merci pour votre assiduité sur ce Blog.

  • RAMI Jocelyne dit :

    Oui même si le document offre d’achat a ses limites juridiques c’est un document écrit et signé avec accord de l’acquéreur et du vendeur qui prouve que les diagnostics ont bien été consultés et présentés par nous-mêmes. Le seul bémol est que nous n’avons souvent à l’offre d’achat que seul le document DPE. Pour ma part je demande au vendeur d’avoir la totalité des diagnostics avant acceptation de l’offre d’achat mais lorsqu’il faut souvent agir dans l’urgence on a l’offre sans la totalité des diagnostics ! De plus lorsque l’acquéreur se rétracte le vendeur doit régler sa facture diagnostics en attente d’une autre offre qui parfois n’est pas dans l’immédiat surtout de nos jours !

  • Mathieu C dit :

    Bonjour,

    Alors pour ma part c’est une expérience de potentiel acheteur que je vais laissé ici et qui montre bien le « professionalisme » de certains.
    Lors d’une recherche pour un achat, nous visitons avec ma femme une maison dite « à remettre au goût du jour », le jour de la visite a part l’adresse nous n’avions aucune information. Nous visitons, avec l’impression que l’agent(e)/la mandataire ne connaissait pas du tout son dossier, et à première vue et sans être issue du bâtiment, nous constatons que c’est bien plus qu’une simple mise au goût du jour qu’il va falloir faire. Intéressés tout de même, nous demandons quels sont les résultats du Dpe et des diagnostics, cela pouvant grandement influencer notre offre. La réponse fut «  nous ne les avons pas, nous les réalisons après avoir reçu une offre, car pas nécessaire avant ».
    N’étant ni l’un, ni l’autre dans l’immobilier nous n’avons pas su qu’en répondre mais n’avons fait aucune offre et n’avons jamais recontacté cette agent /mandataire.
    Donc heureux de voir que certains sont serieux et un grand merci à Dominique pour toutes ces informations/expériences qui aiguillent le futur mandataire que je veux être.

    • Dominique P. dit :

      Bonjour Mathieu, merci pour votre témoignage « pile et face ». Comme dans tous les métiers il existe de bons professionnels et des moins bons… Ne nous arrêtons pas aux derniers qui comme souvent, sont ceux dont on parle le plus même s’ils sont moins nombreux… Faisons partie des bons, ceux qui aiment leur métier et qui partage leur passion avec leur confrère et bienvenue à vous dans notre profession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter