IMMOBILIER : DEMAIN ON RASE GRATIS

Publié par Dominique P., le 12 novembre 2020

Immobilier : « Demain on rase gratis »

Bonjour, je vous souhaite la bienvenue pour cette nouvelle vidéo hebdo. Des mandats faciles, aux mandats 100 % en exclusivité , en passant par la méthode infaillible et celle des mandats directement livrés sur votre canapé….à lire toutes ces promesses,  notre métier, l’immobilier, semble de plus en plus facile,  non ? C’est aussi votre avis ?

Connaissez-vous l’expression : « Demain on rase gratis » ? Je vous en donne la définition ci-dessous, mais avant juste un petit rappel de notre rendez-vous du mardi 17 Novembre à 18 h,

L’expression « Demain on rase gratis » vient d’un barbier qui l’avait affiché sur la vitrine de son échoppe De fait, il n’y avait jamais de jour gratuit,  puisque sa pancarte restait en permanence accrochée sur sa devanture !!!…

Ainsi dans l’immobilier, c’est la problématique de toutes ces belles promesses, dont certaines peuvent parfois ne pas être mauvaises,  mais les méthodes qui sont enseignées ne tiennent pas compte de l’élément le plus important, l’élément moteur, celui de votre réussite ou de votre échec.

Cet  élément décisif, vous l’avez deviné,  c’est vous, enfin c’est chacun d’entre nous. Vous pouvez acheter le plus beau des véhicules, si vous ne vous assurez pas qu’il est équipé d’un moteur en état de marche, révisé et prêt à démarrer,  vous risquez fort de devoir continuer votre chemin à pied. 

Cliquez sur l’image ci-dessous

Formation coaching immobilier

Le système marketing est bien rodé, avec un titre accrocheur et toujours la même technique. En premier lieu c’est l’hameçonnage qui se déroule en deux phases. D’abord établir la réciprocité entre celui qui promet et son prospect, vous. C’est le story telling. Une expérience similaire à la vôtre, plus ou moins romancée,  quand elle n’est pas inventée. Une manière de vous démontrer que parce qu’il fait partie de votre clan,  le prometteur serait de facto digne de confiance.

La seconde phase consiste à réveiller l’émotion la plus forte dans la prise de décision de l’être humain, je veux parler bien sûr de la peur. Un process très élaboré,  qui consiste à énumérer toutes les difficultés auxquelles,  un jour ou l’autre,  tout professionnel de l’immobilier se retrouve ou s’est retrouvé confronté . L’objectif est que vous vous retrouviez au moins dans l’une d’entre elles,  et que l’appartenance au clan devienne évidente.

Il faut maintenant ferrer le poisson en passant à la dernière étape. Réceptif, en attente de propositions, de solutions, déstabilisé et dans l’inconfort face à toutes les difficultés du métier, il ne reste plus qu’à tendre l’épuisette remplie  de solutions, parfois miraculeuses, pour que vous sautiez dedans sans même vous en rendre compte.     

Efficace, pour ne pas dire redoutable, c’est ce que j’appelle « apporter une solution avant d’avoir pris le temps de trouver le problème », et donc de prendre le risque de ne jamais le résoudre. Tout cela est très  bien résumé dans cette célèbre citation prêtée à Einstein : “ Si j’avais une heure pour résoudre un problème, je passerais cinquante-cinq minutes à le définir,  et seulement cinq à trouver la solution.”

S’offrir la meilleure des méthodes donnera bonne conscience à la majorité de ceux qui les achèteront,  sans pour autant résoudre leurs véritables difficultés. La peur qu’ils affrontent, les freins et les barrières qu’ils se mettent,  se situent à un autre niveau, plus profond et souvent personnel.

Passage à l’action difficile, manque de persévérance, absence de régularité, de stratégie, d’organisation et de motivation. Le tout mêlé à des peurs: celle d’échouer, celle de ne pas être à la hauteur, celle d’affronter le regard ou le refus de ses prospects, avec toujours en image de fond ce pernicieux syndrome de l’imposteur qui les poussent à procrastiner.

Cessons de croire aux promesses du style « demain on rase gratis ». Si vous faites face à des difficultés, ce n’est pas d’apporter des semblants de solutions aux conséquences du problème, mais plutôt de réellement identifier votre problème, pour le résoudre. Dans le cas contraire vous vous contenteriez d’un pansement sur une jambe de bois.  

Bien sûr,  chacun est libre,  mais aussi responsable de sa situation. Celle qu’il a créée par les choix qu’il a fait ou pas, les décisions qu’il a prises ou pas, ses actions ou son inaction, sa motivation…et tout ce qui fait que, pour réussir c’est avant tout l’individu qui compte et non la méthode.

C’est le sujet que je développerai avec vous tout au long de la webconférence du 17 Novembre à 18 h 00. Alors, inscrivez-vous maintenant, le nombre de place est limité vous trouvez le lien autour de cette vidéo, quoi qu’il arrive on se retrouve la semaine prochaine pour un nouveau sujet. (d’autres vidéos ? C’est ICI

————————————————

Atelier

————————————————
RESTEZ INFORMÉ DE L’ACTUALITÉ DE VOTRE BLOG

NEWSLETTER




 

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter