Faîtes respecter votre travail !

Publié par Dominique P., le 25 octobre 2014

Avec notre partenaire info-mandataire.com je vous propose cet article :
Il est de notoriété publique et reconnue que les agents immobiliers leurs négociateurs et naturellement les mandataires ne véhiculent pas une image de marque et de professionnalisme à toute épreuve.

Certes…

Pour autant comment aujourd’hui notre profession et son exercice au quotidien assez réglementé et encadré législativement peut elle accepter de “s’asseoir” sur certains aspects réglementaires censés la protéger.

Pour être franc, nous sommes assez surpris et étonné de voir avec quelle passivité nous acceptons d’être “cocufié” et non respecté…en chantant !

Les exemples seraient nombreux mais nous en soumettrons deux à votre réflexion :

– les règles de dénonciation d’un mandat simple en cas de vente par autre agence ou en particulier :

Pas compliqué et quasiment le seul engagement signé par le vendeur : prévenir (je ne parle pas de lr/ar…mais ne serait ce qu’un mail ou sms) dès signature du compromis ( pas à la fin du délai de rétinfo-mandataireractation et encore moins à l’acte !) et donner le nom de l’acquéreur et du notaire chargé de réaliser l’acte.

Un mandat non dénoncé pour lequel vous continuez à travailler pourrait valoir à l’agence qui le demanderait des indemnités compensatrices.

autre exemple :

– la durée irrévocable du mandat…3 mois en général : pour quelle raison que ce soit (sauf la vente naturellement !) le vendeur ne peut arrêter le mandat : pas plus parce qu’il n’ a plus envie, que parce qu’il veut mettre en location…. sous peine de se voir infliger des indemnités “pour risque de manque à gagner” au profit de l’agence qui le solliciterait.

Pas certain naturellement que la profession puisse se payer le luxe de telles procédures à grande échelle surtout si ces éléments n’ont pas été expliqués au mandant ou que le suivi du mandat n’a pas été professionnel.

Et pourtant à force de ne pas être respecté, ne serait il pas enfin temps de réagir ?

Source : Info-mandataire.com

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

4 commentaires

  • Galdeano dit :

    Bonjour Dominique , encore une fois le sujet est brûlant et légitimement abordé ! Et croyez moi , non seulement je vous rejoints dans l’esprit , mais je martèle le message, aux mandataires que je forme ” Votre travail est respectable , vous devez être respectables ( irréprochables ) , faites vous respecter ! ” …Pourtant le mal est profond et nous sommes tous ( hélas ! ) tributaires les uns des autres . en effet, lorsque plusieurs professionnels négligent de faire respecter les clauses d’un mandat de vente, ou tout simplement les règles de commercialisation d’un bien, alors celui ( le seul ! ) qui veut faire appliquer la réglementation, devient ‘ le vilain petit canard ‘ …Nous nous sommes tous entendu dire de la part d’un client ” mais pourquoi me demandez vous cela; puisque vos concurrents ne me le demandent pas ? ” …Qu’y a t’il de pire que de se sentir seul à vouloir exercer sérieusement son métier ? Oh je sais que beaucoup ne se sentiront pas concernés par mon discours, ce sont les mêmes qui n’osent même pas exiger d’un vendeur, qu’il remettre, dès la mise en vente d’un bien , ne serait ce que les DPE …et qui ensuite communiqueront sans la moindre hésitation sur le dit bien alors que la loi l’interdit ! Le fameux …’ DPE en cours’ …est de mise et jamais aucun professionnel n’a été sanctionné sur ce fait…Notre profession sera sans doute encore longtemps décriée et les professionnels vilipendés , tant que de véritables contrôles ne seront pas effectués par le législateur …Bonne fin de semaine à tous , merci de m’avoir lu

    • Dominique P. dit :

      Merci Thierry. Excellente analyse en réaction à cet article (de notre partenaire info-mandataire, rendons à César…), il est vrai que parler de déontologie, d’éthique et encore pire : imposer des règles et mettre en place des lois semblent complètement inutile si aucun contrôle n’est effectué à posteriori. Hélas c’est souvent le cas en France, nos politiques cherchent à justifier leur salaire et veulent tous avoir une loi portant leur nom pour la postérité. Résultat les lois s’empilent les unes aux autres alors que dans bien souvent des cas faire appliquer les précédentes résoudrait déjà beaucoup de problèmes…

  • francesco dit :

    Bonjour Dominique,

    Je reviens sur ce forum pour aborder une étape essentielle et indispensable:la prospection téléphonique.

    Celle-ci devient de plus en plus difficile car les propriétaires sont vraiment réticents à confier leur bien à un professionnel de l’immobilier.
    En effet,le problème majeur est la multitude d’appels que reçoivent les propriétaires par des professionnels de l’immobilier.Ils en ont assez d’être harcelés et quand arrive votre tour, on vous raccroche quasiment au nez!
    Si ce n’est pas le cas,tous les arguments sont bons pour ne pas travailler avec nous:je veux vendre entre particuliers,je travaille déjà avec plusieurs agences,je n’ai pas besoin de vos services,quel est votre pourcentage de commission,ramener moi des acquéreurs ……

    Peut on aborder ce sujet et surtout quelles techniques,quels arguments avancés pour convaincre un propriétaire de nous faire confiance?Après un 1er refus,à quel moment rappeler le propriétaire…..?

    Cordialement,

    Francesco

    • Dominique P. dit :

      Merci Francesco pour votre participation, effectivement “la pige” est un élément essentiel de notre métier surtout lorsque l’on débute. Nous essaierons d’aborder ce sujet dans un prochain article, la participation des lecteurs sera la bienvenue : Comment faites-vous ? Quels sont vos freins ? Vos appréhensions ? Vos expériences ? Etc..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter