Quelle différence entre confier son bien à une agence ou à un mandataire immobilier ?

Publié par Dominique P., le 11 mai 2014

3d human with a red question markC’est une question récurrente que certains propriétaires n’hésitent pas à  poser : « quelle est la véritable différence entre un mandataire immobilier et une agence traditionnelle ? »

A cela je réponds qu’il y a peu de différences sur le fond, les deux entités se ressemblent. Le principal étant de faire appel à de bons professionnels. Comme dans tout métier il existe de bons négociateurs immobiliers travaillant en agence traditionnelle et d’autres, tout aussi compétents ayant fait le choix d’être mandataires, certains (de plus en plus) sont d’ailleurs d’anciens agents immobiliers voire d’anciens propriétaires d’agence.

Le plus important est de savoir qui l’on a en face de soi. Il est assez facile de découvrir si la formation et la motivation d’un négociateur sont bien réelles pour vendre un bien ou si sa formation ressemble plus à celle de ORDRALPHABETIX (vendeur de poisson dans Astérix et Obélix)

Peu importe qu’il travaille pour une agence traditionnelle ou pour un réseau de mandataires, les questions qu’il posera sur le bien mais également sur son environnement, sa capacité d’évaluation au prix réel du marché et les arguments qu’il développera pour étayer cette estimation, la qualité des photos et des textes figurant sur son site internet ainsi que les détails des informations recueillies lors de la prise de mandat sont autant de preuves  de professionnalisme et à défaut d’amateurisme.

Pour ma part, en tant que mandataire, il m’arrive quelquefois de proposer à mes clients (propriétaires-vendeurs) de me confier leur bien mais également de me permettre de le confier à une agence traditionnelle (via un mandat en délégation inter-agence).

Pourquoi cette démarche ?

Lors de la prise de mandat nous savons à qui correspond le type de bien qui nous est confié. Certains biens seront plutôt destinés à une clientèle locale, d’autre nationale ou bien étrangère. Dans l’intérêt du vendeur la mise en vitrine par une agence traditionnelle peut être un atout, la diffusion sur internet à grande échelle par un réseau bien implanté au niveau local, national et international aussi, sans parler du fichier acquéreurs que chacun détient.

En résumé, une agence ou mandataire immobilier appartenant à un réseau, PEU IMPORTE, seul le professionnalisme compte !

 

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

8 commentaires

  • evelyne dit :

    je crois qu’il y a méprise dans cette définition d’agent immobilier et mandataire.
    l’agent immobilier c’est celui qui détient la carte professionnelle, le patron de l’agence.
    le mandataire c’est un agent commercial, négociateur en immobilier, soit en agence soit à domicile(réseau).

    • Dominique P. dit :

      Re : Bonjour Evelyne, merci pour la précision, j’ai effectivement modifier le titre de l’article qui pouvait, pour certain puriste, prêter à confusion même si le fond de l’article ne porte pas sur l’aspect juridique mais plutôt sur l’aspect commercial. Merci encore de participer à l’animation de ce blog.

  • Bonsoir, un article vraiment de qualité.

  • Damien dit :

    Je suis d accord avec vous sur le principe suivant: tant que en face on a un bon professionnel, cela me va. Agent mandataire ou traditionnel. Mais malheureusement il y a plus de risque de tomber sur un incompétent avec des mandataires que sur des traditionnels. Car sur le traditionnel il y a une carte T et pour l obtenir des diplômes à avoir. Contrairement au mandataire ou l on n exige rien ( au USA pour être mandataire on doit suivre une formation initiale de 200heured. En France 0heure). Voilà je demande juste mandataire ou pas, il faut des pré-requis. Cela améliorera la profession.

    • Dominique P. dit :

      Bonjour Damien, merci pour votre commentaire. Comme dans de nombreux métiers il existe de bons professionnels et des moins bons. La différence entre une agence et un réseau de mandataire est infime. Aujourd’hui les agents Co travaillant dans une agence et ceux travaillant dans un réseau sont soumis aux mêmes règles (tout comme les détenteurs d’une carte T d’ailleurs) : 14 heures de formation pas an. Le dirigeant d’une agence détenteur d’une carte T emploie dans la plupart du temps également des agents Co tout comme les réseaux. La seule différence que l’on peut y voir c’est la proximité géographique entre le détenteur de la carte et l’ agent Co, pour le reste très peu de différence. La loi ALUR, bien qu’encore imparfaite va donc dans le bon sens, en imposant un minimum de formation à l’ensemble de la profession.

  • Sabine V dit :

    Bonjour,

    La différence est effectivement infime mais il manque l’avis justement du particulier et son ressenti
    Le particulier ne se sent il pas plus en “sécurité” dans une agence et ne pas voir le risque d’une arnaque face à une commercial aussi bon qu’il soit? Ou l’évolution actuelle qui se caractérise de plus en plus vers le travail indépendant fait changer les mentalités et le particulier ne regarde même pas si c’est un réseau ou non du moment qu’il se sent en confiance face à un bon professionnel
    Je me pose aujourd’hui cette question car suite à une reconversion je me lance dans l’immobilier après avoir été formé à l’ICH et j’ai l’opportunité de choisir entre une agence d’une enseigne de renom ou un des 3 plus gros réseaux mandataire en tant qu’agent co
    Merci de votre avis

    • Dominique P. dit :

      Bonjour Sabine, je vous retourne la question, dans quel modèle êtes vous le plus à l’aise ? Celui ou vous serez dirigé, ou les méthodes et les objectifs vous seront imposés, ou un modèle ou vous serez autonome et libre ?. Certaines personnes auront besoin de la première solution d’autres de la seconde, aucune n’est à blâmer. L’important c’est d’être aligner avec vos valeurs et ce dont vous avez besoin pour passer à l’action. Quel est votre moteur ? Quelles sont vos valeurs ?. Au final votre client ressentira cet alignement et ne se posera pas la question que VOUS VOUS posez : « Le particulier ne se sent il pas plus en sécurité , ». Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix mais il y a un choix à faire, c’est à vous de l’assumer et pas de le transposer sur votre client en tentant de réfléchir à sa place….

  • alonso dit :

    bonjour, quelle commission prenez vous pour un bien de 950000euros merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter