BON DE VISITE UTILE OU PAS ?

Publié par Dominique P., le 24 janvier 2019

BON DE VISITE UTILE OU PAS ?

Je constate des pratiques différentes et j’entends encore aujourd’hui beaucoup de discours contradictoires sur le « bon de visite ». Certains professionnels n’en rédigent pas. D’autres pensent qu’une fois signé par un visiteur, ce dernier leur est définitivement acquis dans le cadre d’une offre d’achat.

Avant de tenter d’y voir plus clair, n’oubliez pas de vous abonner à la chaîne. Cliquez sur le bouton s’abonner, et en activez les notifications.

Alors pour vous le bon de visite : Paperasse inutile , document incontournable ou simple épouvantail ? Et si c’était un peu tout cela à la fois ? Personnellement, si je devais lui mettre un tag, pardon une étiquette, j’utiliserais le terme ambigu. Le bon de visite nous protège, tout en ne possédant aucun cadre juridique légal.

Même si rien n’est précisé dans la loi, un bon de visite devra comporter certains renseignements si l’on veut pouvoir être à même de le produire, en cas de litige, par exemple. Tout d’abord l’objet de la visite : l’appartement ou la maison doivent être clairement identifiés. Ensuite : L’instigateur de la visite, c’est à dire l’agence ou le réseau qui organise la visite, son nom, statut juridique, son adresse, ses coordonnées et numéro de carte professionnelle.
 


 

Doivent être également mentionnés :

L’adresse exacte du bien ainsi que le numéro de mandat qui vous lie au propriétaire. Enfin, les coordonnées et signatures de tous les visiteurs présents à qui vous faites visiter. En règle générale, les agences dites « vitrées » auront tendance à faire signer le document avant la visite. Les mandataires quant à eux, le feront signer après. D’autres encore négligeront sa rédaction.

Voici donc pour la forme du bon de visite.

Voyons maintenant quelle est son utilité, ou plutôt quelle pourrait-elle être en cas de litige, entre vous et vos acquéreurs ou vos vendeurs. Quelles sont les garanties et les limites du bon de visite ? Qui concerne t’il et qui engage t’il ? Qui protège t’il ? Bref à quoi sert-il ?

L’utilité du bon de visite :

C’est d’abord une preuve pour le visiteur que vous détenez bien un mandat de vente, que vous êtes autorisé à organiser les visites, et qu’en cas de problème, vol ou accident, sur place ou durant le trajet dans votre voiture, vous possédez une assurance.

C’est aussi la preuve que vous aurez fait visiter ce bien à une cette personne précisément. Si par la suite elle se portait acquéreur et tentait de négocier directement avec le propriétaire, dans le but de ne pas payer les honoraires d’agence, vous auriez une preuve à apporter aux juges, lors d’un procès par exemple.

Qui concerne t’il et qui engage t’il ? :

Dans le cadre d’un mandat classique, le bon de visite ne lie entre eux que le vendeur et l’agence. En aucun cas le visiteur, car seul le propriétaire est lié contractuellement par un mandat. En cas de litige, le bon de visite servira notamment à prouver que le professionnel à bien servi d’intermédiaire dans la vente. C’est donc principalement contre le vendeur que des sanctions pourront être prises, en cas de recours du professionnel qui se sentirait lésé. Dommages et intérêts, paiement des honoraires.

Dans le cadre d’un mandat de recherche, c’est davantage le visiteur qui est lié contractuellement avec le professionnel. C’est donc vers lui, que ce dernier pourra se retourner, s’il constate que son client s’est entendu postérieurement à la visite avec le propriétaire du bien visité.

Quels sont les limites du bon de visite ?

Un bon de visite, signé avec un professionnel, empêche t’il un visiteur d’effectuer une autre visite sur le même bien, avec une autre agence et de faire une offre d’achat auprès de cette agence ? C’est souvent là que de nombreux avis divergent.

Mauvaise nouvelle pour tous ceux qui se croyaient protégés et posséder un droit sur tous les visiteurs ayant signé un bon de visite pour un bien. Tous les jugements sont unanimes, rien n’interdit à un visiteur de visiter un bien avec plusieurs agences, et choisir au final celle par l’intermédiaire de laquelle il présentera son offre d’achat.

En cas de litige, les juges se retrancheront derrière l’article 6 de la loi HOGUET, « Seul le professionnel qui conclut réellement la vente perçoit une rémunération pour son rôle d’intermédiaire. Autrement dit, sans compromis signé, pas de preuve à fournir, pas plus que d’honoraires à percevoir avant la signature de l’acte authentique signé.

Ne paniquez pas !

Peu d’acquéreurs vous feront ce mauvais coup, sauf si vous le méritez bien sûr. Le bon de visite a surtout pour effet de dissuader les uns et les autres de mal agir, et de les amener à respecter votre travail. Utilisez-le dans ce sens et cette fin, nul doute que vous en renforcerez l’efficacité.

Pour conclure :

Même si la valeur du bon de visite est assez restrictive, il n’en n’est pas moins indispensable à l’exercice de notre métier. À ceux qui redoutent sans cesse de se faire « doubler », je dirai que la seule manière de se prémunir contre les rares égarements de nos clients c’est, bien sûr, la prise de mandats exclusifs.

Mais plus encore, c’est votre conduite, votre discours et votre savoir être qui vous éviteront bien des déboires. C’est également votre professionnalisme qui ôtera à vos acquéreurs et propriétaires, l’envie de vous flouer ou de vous nuire. Allez, cette vidéo est terminée, n’oubliez pas, on se retrouve la semaine prochaine.

————————————————
Atelier

————————————————
RESTEZ INFORMÉ DE L’ACTUALITÉ DE VOTRE BLOG

NEWSLETTER




 

La devise de ce blog c'est « le partage » je vous invite à faire de même maintenant :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevoir notre Newsletter